• JULIE LEFEBVRE - LA GRAINETERIE - ROMAINVILLE
    T.+33-(0)6 20 36 65 86 - 09 83 54 86 28 - CONTACT MAIL

« Plantes, hommes et climat, les outils du jardin planétaire » – Jardins de Valloires

0

Au delà d’un jardin paysager, les Jardins de Valloires ont servi d’écrin à la collection de plantes venues du monde entier, du pépiniériste Jean-Louis Cousin. Ils sont aujourd’hui un conservatoire végétal, « un jardin planétaire » qui abrite plus de 5000 espèces.

Le 2 octobre, Gilles Clément est revenu sur la genèse de ces jardins, adossés à l’abbaye de Valloires qui fut fondée en 1137 par les moines cisterciens et sur les spécificités liées à la conception de jardins paysagers dans un cadre historique, ici l’abbaye dans son état du XVIIIème siècle.

Dans les pas de Jean-Baptiste Lamarck avec lequel il partage une même appréhension du vivant et une même philosophie, Gilles Clément a parlé ensuite de la relation entre les végétaux et leurs milieux, de la diversité végétale et des « migrations » de végétaux dûes au réchauffement climatique.

A travers le Jardin de l’Evolution qui y fut créé en 2003, Gilles Clément rend hommage à Jean-Baptiste Lamarck (1744–1829), savant humaniste, botaniste, père de la paléontologie et de la météorologie moderne. Jean-Baptiste Lamarck est l’auteur de la théorie « transformiste » des êtres vivants, végétaux, animaux et humains, et le premier scientifique à ne plus considérer l’évolution du point de vue de l’homme mais de la nature, dans une approche globale de l’environnement.

La théorie « transformiste », basée sur une observation fine et un classement minutieux du vivant, a ouvert la voie au darwinisme. Plus qu’une vision compétitive de l’évolution et de la société, elle observe l’adaptation « ingénieuse » des êtres à leurs milieux, adaptation qui se transmet de génération en génération et laisse ouvert le champ des possibles. Cette approche qui appréhende la diversité et la complexité des interactions entre les êtres et leur environnement à l’échelle du temps, invite à concevoir les jardins comme lieux de replis pour les espèces en voie de disparition et dessine pour l’homme, un projet : « un territoire mental d’espérance ».

Photo : Le Jardin de l’Evolution – Jardins de Valloires DR

Share.

Comments are closed.